Décembre 2018 : une pause bien méritée

emmanuelle_bardout_under_thePole_III_polynsesie

© Maxime Horlaville / Under The Pole

Le WHY est mouillé dans la baie d’Atuona sur l’île d’Hiva Oa aux Marquises, là où Paul Gauguin et Jacques Brel terminèrent leurs vies, inspirés par ces paysages d’une sauvage beauté et par l’authenticité des Marquisiens. La culture polynésienne est restée omniprésente sur ces îles où le temps ne semble pas avoir d’emprise.

under_the_pole_polynesie_2018

© Maxime Horlaville / Under The Pole

 

Toute l’équipe a fait une pause pour les fêtes, bien méritée après ces cinq mois de plongées intensives. Noël a été fêté dans une petite baie de Tahuata, à jouer dans les vagues et à ramasser des palmes pour faire un cocotier de Noel dans le WHY. Il fut dignement décoré par Robin et Tom, aux anges et gagné par la féerie de Noël. Il paraît que le père Noël est passé dans le ciel marquisien ou peut-être tiré par des dauphins – on est pas bien surs – et s’est introduit par un hublot du WHY pour déposer ses paquets

tom under the pole polynesie

© Maxime Horlaville / Under The Pole

Tout le monde s’y est mit pour cuisiner les délicieux repas de fêtes, agrémentés pour notre plus grands bonheur par les nombreux fruits que nous trouvons à foison ici. 

Ghislain et emmanuelle bardout polynesie under the pole III

© Maxime Horlaville / Under The Pole

20 Janvier 2019 : reprise des plongées scientifiques

© Maxime Horlaville / Under The Pole 2019

Le 20 janvier, les plongées scientifiques ont reprit avec le retour de nos deux scientifiques embarqués, Héloïse Rouzé et Gonzalo Pérez-Rosales.

L’océan est hostile et tranche avec la douceur des lagons que nous avons côtoyé les derniers mois dans les atolls des Tuamotu. Elles sont loin les eaux claires aux milles nuances de bleus! Ici, c’est une eau verte chargée de plancton qui abrite une vie spectaculaire mais moins visible.

under_the_pole_marquises

© Ghislain Bardout / Under The Pole


En partant plonger nous surnommons certaines pointes « Béring » tant le vent qui y souffle nous rappelle le fameux détroit que nous avons passé à l’automne 2017 ! Les vents catabatiques descendent furieusement des montagnes et rendent les mises à l’eau et les sorties de l’eau rock and roll. Sous la surface, nous sommes confrontés à de nouvelles difficultés, en particulier pour trouver la profondeur. Pour l’instant nous n’avons pas pu déployer le programme au delà de 60 mètres alors que nos profondeurs de plongée habituelles sont 60m/90m/120m.

Mais ici, pas de grands tombants alors on s’adapte. Les coraux sont plus rares, certainement du au manque de lumière et aux eaux plus agitées. Les scientifiques sont néanmoins heureux car l’archipel des Marquises est principalement inexploré et tous les prélèvements sont notables à leurs yeux.

under-the-pole-raie-marquises-compressor

© Maxime Horlaville / Under The Pole 2019


Si les eaux sont chargées, elles sont aussi source de nourriture et très poissonneuse. Nous croisons de magnifiques raies mantas, raies marbrées (endémiques des Marquises), thons, et requins. La différence est que nous les voyons souvent au dernier moment! Les dauphins nous escortent dans nos déplacements. 

Aldo Ferrucci, spécialiste de la plongée profonde en recycleur, nous a rejoins à nouveau pour nous aider dans nos collectes, la prise d’images et continuer le training de certains membres de l’équipe. C’est un plaisir de le retrouver et l’occasion de se réunir pour préparer le programme Capsule dont il sera le directeur de plongée.

© Maxime Horlaville / Under The Pole 2019

Début mars, s’il n’y a pas d’alertes cycloniques, nous rejoindrons les Tuamotus puis les Gambiers où le programme se poursuivra et sera marqué du retour à bord de Laetitia Hédouin, coordinatrice du programme « DeepHope » et Michel Pichon, éminent chercheur et spécialiste mondial des récifs coralliens. L’équipe de tournage viendra quelques jours dans l’archipel des Gambiers pour clôturer le documentaire Arte consacré à cette aventure sur la découverte des coraux profonds. 

Mais pour l’instant, nous mettons les voiles pour l’île sauvage de Fatu Iva qui sera notre troisième île étudiée aux Marquises. Demain soir, le WHY sera mouillé dans la célèbre et spectaculaire « Baie des Vierges », étape enchantée des voiliers tourdumondistes. 

Emmanuelle Perié-Bardout

 

carte_janvier_under_the_pole_2019