Déjà deux mois que nous sommes arrivés en Polynésie Française. Deux mois bien chargés sur le WHY comme au bureau de Concarneau. Notre petite équipe à bord s’est chargée de vider le container de matériel et de nourriture afin de prélever le nécessaire pour les trois premiers mois. Au milieu des moustiques, dans la moiteur ambiante et essuyant des grains intermittents, nous étions bien loin de la carte postale. Heureusement, Robin et Tom, accompagnés de leur super nounou Camille, profitaient des joies de la plage et grimpaient aux cocotiers entre deux sessions de ramassage des déchets pour « sauver les poissons ». Après deux grosses semaines de ce travail et des impondérables de l’entretien d’un bateau, nous nous récompensions par une randonnée au « col des trois cocotiers » qui offre une vue magistrale des deux côtés de l’île de Moorea. Pendant ce temps là en France, Ghislain finalisait les essais de la Capsule et la présentait à la presse avant de réaliser un test grandeur nature en s’enfermant dedans durant 24 H accompagné de Sylvain Pujolle et Erwan Marivint. Cette nouvelle phase est un succès et laisse présager un projet magnifique qui aura lieu dans un an en Polynésie Française.

Durant l’absence de Ghislain, nous avons dû essuyer notre plus gros coup dur avec le rapatriement de notre chien Kayak. La sérologie de la leishmaniose obligatoire à son arrivée en Polynésie s’est révélée positive et les autorités ont demandé son retour en France sous trois jours. On ne s’y attendait pas du tout, car il était négatif en partant et a dû être contaminé (par les moustiques) à l’escale d’Hawaii. Heureusement, il est pour l’instant porteur sain de cette maladie qui existe dans la plupart des pays, mais dont la PF est exempte (et souhaite logiquement le rester). Il est accueilli durant notre absence par Bilou et Sophie et leur chien Grib qui est le meilleur pote de Kayak à la base Explore. Merci les amis, on ne pouvait pas espérer meilleure famille d’adoption pour l’année à venir… Malgré tout, chaque fois que j’aborde le WHY avec le dinghy, il manque ma plus jolie figure de proue et mon meilleur ami. Le temps va nous sembler long avant nos retrouvailles.

© Franck Gazzola / Under The Pole

Le 7 juillet arrive l’équipe de France accompagnée d’Aldo Ferrucci. Les derniers mois ont été chargés au bureau à Concarneau entre la construction et les essais de la Capsule, la logistique liée aux programmes scientifiques, la mise en place d’une plate-forme web éducation et les différents évènements auxquels nous participions. Aldo Ferrucci est instructeur de plongée en recycleur et spécialiste de la plongée profonde. Nous l’avons contacté en janvier dernier, car nous souhaitions organiser un mois d’entraînement pour toute l’équipe à l’arrivée en Polynésie avant de commencer le programme scientifique sur les coraux mésophotiques. Ce programme qui va durer 10 mois impose un rythme de plongée conséquent avec des profondeurs et des temps de travail au fond important. Les objectifs de cette préparation avec Aldo consistaient à former chaque équipe de plongeurs à être à l’aise avec le JJCCR, recycleur que nous utilisons pour arriver respectivement aux différentes profondeurs de travail (120, 90 et 60m), imaginer et anticiper toutes les situations d’urgence sous l’eau, utiliser les propulseurs et trouver la bonne manière de tous travailler en équipe y compris avec ceux se chargeant de la sécurité en surface.

Ces trois semaines avec Aldo ont été un succès et extrêmement formatrices pour tous, chacun à son niveau. J’ai pour ma part énormément apprécié son approche qui au-delà d’acquérir des réflexes, demande toujours de la réflexion et du bon sens. Les jeunes plongeurs recycleur dont je fais partie en sortent avec une meilleure compréhension de la machine, qui une fois apprivoisée ouvre des portes incroyables. Ghislain et Julien qui travailleront à 120 mètres, ont pour leur part évolué jusqu’à 150 mètres et sont sereins pour attaquer la suite.

Certaines plongées se sont faites sous le bateau sur un fond de sable pour travailler, d’autres à l’extérieur de la barrière de corail. Nous avons découvert la richesse des passes et de sa faune (requins, raies, tortues, barracudas, carangues…), le bleu et la visibilité exceptionnelle de certains récifs, des platiers de coraux fourmillants de vie. Ghislain, Julien et Aldo sont ressortis enthousiastes de leurs plongées profondes où la vie était bien présente. Cela laisse présager une belle moisson de données pour la suite.

© Franck Gazzola / Under The Pole

Une autre particularité de ce mois était le nombre de personnes embarquées. Nous souhaitions Ghislain et moi faire partager ce début d’expédition à notre équipe, y compris celle à terre. A Huahine et Raiatea, nous avions loué des logements pour délester le WHY qui n’avait plus assez de cabines! Notre medicook (entendez médecin et cuisinière) Isabelle, a gardé les troupes en forme en cuisinant chaque jour pour tous et la tache n’était pas simple tant nous sortions de plongée affamés! Malgré les nombreuses immersions, les heures sans fin de gonflage des bouteilles et confection des différents mélanges (big up à Julien), la navigation et la maintenance, les vaisselles qui n’en finissent pas, les enfants qui ne s’arrêtent pas, les virus qui se sont invités, l’ambiance était à l’image de ce groupe : super positive !

© Franck Gazzola / Under The Pole

Aldo n’y est pas pour rien, car bien qu’il ait vécu les plus grandes expéditions, des tournages incroyables avec souvent des moyens colossaux, il est arrivé avec une simplicité et une fraîcheur qui nous a décontenancés. Son enthousiasme, son émerveillement sous l’eau et sur l’eau est sincère et contagieux. Sa passion rejoint la nôtre et son tiramisu est sans contexte devenu mon dessert favori à bord du WHY. Merci Aldo et on espère tous te revoir bientôt parmi nous.

© Aldo Ferrucci / Under The Pole

Le mois d’août est là et nous commençons le workshop organisé par Laetitia Hédouin qui rassemble une grande partie des scientifiques internationaux qui vont travailler et embarquer avec nous à la recherche des coraux mesophotiques. Au programme, apprentissage et reconnaissance des coraux que nous sommes amenés à chercher, premières plongées d’échantillonnage, essais du ROV (robot sous-marin servant à la reconnaissance des sites de plongées) et du système de communication entre la surface et les plongeurs. Deux semaines, à mi-chemin entre les bancs de l’école et le début des protocoles sur le terrain. L’excitation de tous est palpable et nous avons hâte de faire nos premières moissons… en écoutant le chant des baleines à bosse qui sont maintenant bien présentes partout autour de l’île !

© Franck Gazzola / Under The Pole

© Franck Gazzola / Under The Pole

© Aldo Ferrucci / Under The Pole

© Franck Gazzola / Under The Pole

© Franck Gazzola / Under The Pole

© Franck Gazzola / Under The Pole

© Franck Gazzola / Under The Pole

© Ghislain Bardout / Under The Pole

Emmanuelle