Laetitia Hédouin, pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Laetitia Hédouin. Je suis chargée de recherches CNRS au sein du CRIOBE (Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement) basé à Moorea. C’est un laboratoire français, spécialisé dans l’étude des écosystèmes coralliens. Pour ma part, je travaille sur le corail, en particulier ses jeunes stades de vie. Je suis actuellement la coordinatrice du programme scientifique DEEPHOPE mené en collaboration avec Under The Pole dans le cadre de l’expédition UTP III, qui vise à une meilleure compréhension des populations coralliennes en milieu mésophotique.

Laetitia-Hedouin©-Emmanuelle-Périé-Bardout-Under-The-Pole_600

Copyright Emmanuelle Périé-Bardout / Under The Pole

Grâce à Ghislain Bardout et son équipe, le programme DEEPHOPE permet d’étudier un écosystème largement inexploré jusqu’à présent, mais dont la préservation de la biodiversité est cruciale et urgente.

En raison de l’importance et de l’originalité du programme scientifique d’intérêt international, la recherche conduite sur les coraux mésophotiques reçoit un support français incontestable avec notamment un financement de l’Agence National pour la Recherche (ANR), une bourse doctorale de la part de l’École Pratique des Hautes Études, une aide à la recherche du Ministère de la Transition Ecologique, de l’Initiative Française pour les Récifs CORalliens et de la Délégation à la Recherche de Polynésie française.

Laetitia Hédouin Under the Pole Deep HOPE

Copyright Franck Gazzola / Under The Pole

  Laetitia Hédouin, pourquoi l’observation et la préservation des récifs coralliens sont si importantes ?

Deux millions d’espèces découvertes aujourd’hui proviennent des océans. Dans les océans, les récifs coralliens représentent une surface extrêmement faible, moins de 2 % de la planète, mais ce sont les écosystèmes les plus diversifiés abritant plus de 25 % de la vie marine et présentant une biodiversité égalant celle des forêts tropicales.

La première image d’un récif corallien est souvent associée à une grande variété d’organismes colorés vivants dans des eaux claires, chaudes et peu profondes, mais ils sont bien plus qu’un simple paysage sous-marin coloré et diversifié. Ils assurent de nombreux services pour les êtres humains dont les bénéfices sont estimés à 30 milliards de dollars par an. Nous ne pouvons pas survivre sans les biens et services que les récifs coralliens nous fournissent. Par exemple, le tsunami de Sumatra en 2004 a tué 300 000 personnes, mais sans le rôle clé de protection côtière naturelle que jouent les récifs coralliens, le bilan aurait atteint des millions de personnes. Les récifs coralliens apportent aussi de la nourriture à plus de 500 millions de personnes et supportent le développement d’une économie touristique estimée à 9.6 milliards de dollars par an. Les récifs coralliens ne sont pas juste utiles pour les populations insulaires, leur impressionnante biodiversité marine constitue une véritable pharmacie sous-marine offrant de nombreuses promesses pour la recherche médicale. Des médicaments ont déjà été développés pour soigner le cancer, l’asthme et l’arthrite.

Laetitia Hédouin Under the Pole Deep HOPE

Copyright Maxime Horlaville / Under The Pole

Des milliers d’espèces, dont Homo sapiens, dépendent des récifs coralliens. Malheureusement aujourd’hui les récifs sont menacés par les activités anthropiques incessantes. Le coût de la perte des récifs coralliens, due aux changements climatiques, est estimé à plus de 83 milliards de dollars. Il devient urgent de promouvoir des solutions innovantes pour préserver cet écosystème exceptionnel malgré des pressions constantes. La difficulté à protéger durablement aujourd’hui cet écosystème réside dans l’éloignement et l’isolement des récifs. « On protège ce que l’on aime et on aime ce que l’on connaît » (J.Y. Cousteau). Les récifs coralliens sont l’un des derniers habitats prolifiques encore largement méconnus de la Terre et de la société. En effet, on ne connaît aujourd’hui que la « pointe de l’iceberg » des récifs coralliens, nos savoirs se concentrant principalement de la surface à 30 m de profondeur.

Des milliers d’espèces dont Homo sapiens dépendent des récifs coralliens. Malheureusement aujourd’hui les récifs sont menacés par les activités anthropiques incessantes de la planète. La perte des récifs coralliens due aux changements climatiques est estimée à plus de 83 milliards de dollars. Il devient urgent de promouvoir des solutions innovantes pour préserver cet écosystème exceptionnel dans un environnement soumis à des pressions constantes. La difficulté à protéger durablement aujourd’hui cet écosystème réside dans l’éloignement et l’isolement des récifs. « On protège ce que l’on aime et on aime ce que l’on connaît » (J. Cousteau). Les récifs coralliens sont l’un des derniers habitats prolifiques encore largement méconnus de la Terre et de la société. En effet, on ne connaît aujourd’hui que la « pointe de l’iceberg » des récifs coralliens, nos savoirs se concentrant principalement de la surface à 30 m de profondeur.

  Pouvez-vous nous expliquer ce que sont les récifs coraliens mésophotiques et l’importance de mieux les connaitre ?

Par rapport aux récifs peu profonds, les Ecosystèmes Coralliens Mésophotiques « ECMs » de -30 à -150 m, caractérisés par la présence de coraux dépendants de la lumière, restent largement inexplorés, en raison des contraintes juridiques et logistiques pour accéder à ces ECMs. Cependant les rares travaux réalisés ces dernières années ont montré les rôles clé des ECMS, et notamment, que ces ECMs pourraient servir de refuge pour les récifs peu profonds, assurant une source de progéniture pour les récifs dégradés par les activités anthropiques. Or aujourd’hui, face aux risques croissants de l’Anthropocène, les coraux seront probablement les premières victimes du rythme accéléré des changements environnementaux, provoquant des extinctions locales ou régionales. Il y a donc une urgence à cartographier, inventorier et comprendre les ECMs ainsi qu’à identifier les zones refuges pouvant jouer un rôle clé dans la résilience des récifs peu profonds décimés.

Laetitia Hédouin Under the Pole Deep HOPE

Copyright Maxime Horlaville / Under The Pole

  Laetitia Hédouin, en quoi consiste le programme DEEPHOPE ?

Aujourd’hui en partenariat avec les expéditions Under The Pole, nous menons la plus grande expédition scientifique jamais menée jusqu’à présent sur les Ecosystèmes Coralliens Mésophotiques. Après ces huit premiers mois d’expéditions, les récoltes réalisées apportent la preuve d’une vie corallienne plus importante et plus diverse que celle que l’on aurait pu imaginer dans les profondeurs récifales. Cette découverte révèle une vision totalement nouvelle sur le fonctionnement du récif. Les récifs coralliens sont un continuum de la surface aux zones mésophotiques, où les communautés coralliennes se succèdent. Nos connaissances suggéraient que seulement 25 % des coraux pouvaient descendre de la surface aux profondeurs et aujourd’hui, après plus de 4 000 échantillons récoltés, la tendance est complètement inversée, avec plus de 60 % des espèces de surface capables de coloniser les profondeurs. Cette découverte est fondamentale et supporte l’hypothèse d’un refuge pour les coraux dans les profondeurs, où l’environnement est moins impacté qu’en surface.

Le programme scientifique DEEPHOPE mené en Polynésie française bouleverse scientifiquement notre compréhension de la biologie des coraux. Chaque jour de l’expédition apporte de nouvelles découvertes qui contribuent à alimenter notre compréhension des récifs coralliens et modifient notre perception de l’importance des récifs profonds. En effet, le 4 avril 2019, les équipes d’Under The Pole, en collectant à -172 m le corail mésophotique le plus profond jamais récolté, soulèvent de nouvelles questions intrigantes sur la capacité des coraux à vivre dans ces environnements hostiles.

Laetitia Hédouin Under the Pole Deep HOPE

Copyright Franck Gazzola / Under The Pole

  Et ensuite, comment le programme DEEPHOPE va-t-il se poursuivre ?

DEEPHOPE va se poursuivre jusqu’à la fin juin 2019. Les résultats à l’issue de ce programme auront une portée internationale et constitueront les fondations de nos connaissances approfondies des ECMs. Ces écosystèmes sont aujourd’hui un vrai espoir pour restaurer les récifs de surface via un apport de larves pouvant venir recoloniser la surface. Sans les ECMs, les chances de survie des récifs sont très faibles face aux modifications sans précédent que subit la planète. Le programme DEEPHOPE met en lumière une partie largement méconnue des récifs coralliens, qui pourraient contribuer, avec les mesures de gestion et protection appropriées, à participer à la sauvegarde des récifs coralliens.

Le partenariat avec Under The Pole va se poursuivre au travers du programme CAPSULE. Dans une quête de sauvegarde des coraux, aujourd’hui nous avons besoin de connaissances approfondies sur un moment clé de la vie du corail : sa reproduction sexuée. Le corail est un animal extraordinaire, qui, quelques nuits par an, relâche dans la colonne des cellules sexuées (les gamètes) qui vont se féconder dans la colonne d’eau pour donner une larve corallienne. Cette larve va venir se fixer sur un substrat favorable et former ensuite le premier polype d’une future colonie corallienne. Ce processus est vital pour le renouvellement des populations coralliennes, car il permet l’arrivée de nouveaux individus sur le récif. Or aujourd’hui, la date et l’heure exacte de ce moment clé du cycle de vie du corail ne sont connues que pour quelques espèces en Polynésie française et les observations in situ sont extrêmement rares.  La CAPSULE, conçue par les équipes d’Under The Pole, représente une opportunité unique d’observer le récif sur de longues périodes et de capter ces moments éphémères de romance sous-marine, qui durent moins de 60 min. La CAPSULE va repousser aussi nos limites des connaissances sur l’écologie du récif durant ce moment clé qu’est la reproduction sexuée des coraux. En effet pour une des premières fois le comportement des organismes récifaux avant, pendant et après la ponte sera observé pour mieux appréhender l’influence de cet instant hors du commun sur l’écologie du récif.

-

Copyright Quentin-Mateus / Under The Pole

  Laétitia Hédouin, un dernier commentaire à ajouter ?

C’est aujourd’hui un immense honneur de pouvoir vous exprimer toute l’importance de la collaboration avec les expéditions Under The Pole et les découvertes réalisées qui dépassent nos espérances et celles à suivre. Scientifiquement, ce projet DEEPHOPE marquera à jamais l’histoire de nos connaissances des récifs mésophotiques grâce à l’intense programme de plongées profondes menées par l’équipe d’Under The Pole et constituera une référence dans le monde de l’exploration et de la découverte des récifs coralliens. Il ne sera jamais plus possible de parler des récifs coralliens sans considérer cette vie dans les profondeurs, pouvant former un radeau de sauvetage pour les récifs de surface.

Dr HÉDOUIN Laetitia, expert en biologie corallienne Chargée de recherches CNRS
CRIOBE BP 1013 98729 Papetoai, Moorea, Polynésie française