aventure

PRENEZ PART AUX EXPÉDITIONS

barrejaune

Envie d’aventure ?

EMBARQUEZ AVEC LE PROGRAMME EXPLORER

Under The Pole Explorer, c’est la possibilité pour vous d’approcher le monde des grandes expéditions et de découvrir des espaces rarement visités. C’est aussi une manière de voyager différemment, en participant activement à une expédition d’exploration comme stagiaire.

Une chance de pouvoir découvrir des régions époustouflantes de beauté, en compagnie de scientifiques, d’explorateurs ou d’équipes de tournage et ainsi de découvrir le monde sous un regard privilégié.

Tous les stages se déroulent et s’organisent depuis le bateau de l’expédition – le WHY. Vous serez accompagnés par les membres des expéditions Under The Pole et bénéficierez de ses moyens matériels exceptionnels.

barre bleu

DEUX APPROCHES, UNE EXPÉDITION

NOS STAGES

Stage de plongée

Les programmes de plongée UTP Explorer sont uniques : vous découvrirez des régions totalement vierges et reculées, en plongée bouteille ou en recycleur au trimix, et vous aurez l’occasion de participer aux études sous-marines avec l’équipe de l’expédition.

  • Stage de formation à la plongée polaire et à la plongée sous glace
  • Stage de formation à la prise de vue sous-marine (photo et/ou vidéo)
  • Stage recycleur
  • Stage exploration

 

Stage de  navigation

Lors du convoyage du WHY entre ses zones de mission, embarquez sur des traversées hauturières pour vivre la haute mer et apprécier les escales à terre. En navigation côtière, le WHY progressera à la voile ou au moteur en fonction du programme et de la météo, et sera l’occasion de multiples mouillages et randonnées.

  • Stage de navigation hauturière (apprentissage de la vie en mer, de la prise de quart, manœuvres,…)
  • Stage de navigation côtière (navigation dans les glaces, mouillages, manœuvres,…

Et aussi …

Bien que spécialisé dans l’exploration sous-marine, Under The Pole présente de nombreuses possibilités de découverte, d’enrichissement et d’exploration : observations naturalistes, études scientifiques, tournage de documentaires et photoreportages, randonnée pédestre et glaciaire, alpinisme, ski de randonnée, bivouac polaire, kayak…

barre bleu

PROGRAMME

DE 2017 À 2020, PARTICIPEZ À UN TOUR DU MONDE EXCEPTIONNEL

MAI 2017 À MARS 2018

Arctique

AVRIL 2018 À SEPTEMBRE 2019

Pacifique

OCTOBRE 2019 À FÉVRIER 2020 

Antarctique

MARS 2020 À JUIN 2020

Atlantique

barre bleu

TÉMOIGNAGES

ILS L’ONT VÉCUS SUR UTP II

stephane-01L’accueil réservé par Ghislain et son équipe m’a permis de me sentir tout de suite à l’aise comme si je faisais partie intégrante du groupe. J’ai passé 15 jours sur une autre planète avec des moments fabuleux comme l’observation des aurores boréales, au sein d’un groupe chaleureux, formidable mais aussi très pro. J’espère bien pouvoir rejoindre la prochaine expédition UTP III d’ici quelques mois !

– Stéphane L., embarqué au Groenland sur UTP II

Lire le témoignage complet

Ayant découvert et suivi par la presse la première expédition UTP en arctique, quelle ne fut pas ma surprise lorsque je découvre qu’UTP II (avec la découverte du Groenland) était ouverte aux apprentis explorateurs (Explorers) ! Depuis longtemps l’idée de participer à une expédition sous-marine me trottait dans la tête. J’attendais de trouver la bonne opportunité. C’est donc en février 2015 que j’ai rejoint l’équipe d’ UTP et le WHY sur la côte Ouest du Groenland près d’un village qui s’appelle Ikerasak. Cette aventure m’a permis d’effectuer mes premières plongées en eau froide et sous la glace. J’ai été confronté aux complications de l’hivernage sur la banquise. Mais j’ai également pu partir à la rencontre du peuple Groenlandais et de son mode de vie. L’accueil réservé par Ghislain et son équipe m’a permis de me sentir tout de suite à l’aise comme si je faisais partie intégrante du groupe. Chacun ayant sa fonction à bord, selon son domaine de compétence, l’apprentissage est très vite varié, et pratique : plongée en milieu polaire et consignes de sécurité, photo et retouche d’image, pêche sur la banquise à la mode Groenlandaise, vie en milieu polaire, prise d’échantillons pour la science, et surtout préparation de profiteroles au chocolat dans un milieu extrême : la cuisine de 1 m² ! En résumé, j’ai passé 15 jours sur une autre planète avec des moments fabuleux comme l’observation des aurores boréales, au sein d’un groupe chaleureux, formidable mais aussi très pro. J’espère bien pouvoir rejoindre la prochaine expédition UTP III d’ici quelques mois !

Merci à toute l’équipe !

Stéphane

bertrand-01Je me suis senti immédiatement comme un membre de leur petite famille et j’ai très vite trouvé ma place grâce à leur capacité d’intégration et tout simplement à leur grand cœur ! J’ai réalisé sous la banquise les plus belles plongées de ma vie en découvrant la multitude de nuances de couleur, de types de glace, de jeux de lumière qui rendent chaque immersion unique ! Je ne remercierai jamais assez Manue et Ghislain de m’avoir permis de vivre ces moments extraordinaires et de m’avoir accueilli si gentiment !

– Bertrand F., embarqué deux fois au Groenland sur UTP II

Lire le témoignage complet

Passionné par la plongée sous-marine mais aussi par les contrées polaires, j’ai toujours été à la recherche des voyages me permettant d’allier les deux. Au retour d’une courte expédition dans le Nord de la Russie, en Mer Blanche, je me suis mis en chasse d’un nouveau projet. Durant mes longues recherches sur internet, j’ai retrouvé la trace de Ghislain et Manue dont je n’avais plus entendu parler depuis les exploits de leur première aventure au Pôle Nord (UTPI). Qu’elle ne fut pas ma surprise lorsque je découvrais qu’ils préparaient une nouvelle expédition plongée autour du Groenland et que celle-ci était ouverte aux passionnés amateurs (UTPII) ! Ni une ni deux, je m’inscris pour une boucle en voile de deux semaines aux alentours de Sisimiut à la fin du printemps 2014. Quels souvenirs ! Tant la plongée autour des icebergs ou sous le pack que la découverte des monts enneigés de la côte Ouest m’ont tout simplement ravi !

Mais le plus important a été l’accueil plus que cordial que m’a réservé toute l’équipe à bord. Je me suis senti immédiatement comme un membre de leur petite famille et j’ai très vite trouvé ma place grâce à leur capacité d’intégration et tout simplement à leur grand cœur ! Les soirées n’étaient pas assez longues pour écouter tous ces explorateurs, aventuriers et marins raconter leurs périples aux quatre coins de la planète. Mon plus beau souvenir de plongée aura été la découverte du « souffle de l’iceberg » quand celui-ci se déplace, et laisse des traces sur le sol sablonneux et mon clin d’oeil, la baignade de fin de plongée dans une lagune creusée à la surface de l’iceberg, sous un grand soleil ! Il ne manquait plus que la Pina Colada !

Après deux semaines à bord, je quittais le WHY, Kayak et toute l’équipe avec le cœur gros… Si tôt rentré, je me suis mis à l’œuvre de la préparation de mon second voyage avec l’équipe d’UTP car ils avaient le projet d’hiberner dans le Nord du Groenland. Cette fois-ci, changement de décor : banquise à perte de vue, glaçons immobiles, grand froid et traineaux! Comment résister ? À la fin de l’hiver 2015, Manue et Ghislain m’ouvraient à nouveau leurs bras et je m’apprêtais à passer, en compagnie d’un autre stagiaire, Stéphane, 15 jours sous (le jour) et sur (le soir) la banquise ! J’ai réalisé alors les plus belles plongées de ma vie en découvrant la multitude de nuances de couleur, de types de glace, de jeux de lumière qui rendent chaque immersion unique ! Le plus impressionnant était la logistique à mettre en place pour que trois personnes aillent passer une heure avec des glaçons sous l’eau ! Un vrai travail de force, d’endurance, mais surtout d’équipe ! Tout le monde s’entraidait, et nous, les stagiaires avions reçu une attention particulière, sachant que nous découvrions en grande partie le matériel et la technique de plongée, applicables à ces sites si particuliers. Je ne voudrais terminer sans parler de la rencontre avec les habitants d’Ummannaq et d’Ikerasak qui, comme tous les Inuit, ont beaucoup à nous apprendre de la vie, de la perception du temps et de l’importance de l’entraide en société.

Je ne remercierai jamais assez Manue et Ghislain ainsi que tous les membres des équipes UTPII de m’avoir permis de vivre ces moments extraordinaires et de m’avoir accueilli si gentiment !

À très vite sur UTPIII !

Bertrand

pascal-01Ambiance chaleureuse et conviviale on fait tout de suite parti de la famille. Départ à 4h le lendemain pour l’île de Disko : navigation lente en se frayant un passage dans le pack, puis eau libre. À l’arrivée nous retrouvons un scientifique spécialiste du requin arctique : John, qui sur son bateau, l’étudie. Nous passerons 3 jours à ses côtés, et verrons ainsi plusieurs spécimens impressionnants. Merci à Ghislain, Manu et toute leur équipe de m’avoir fait partager ces instants magiques.

– Pascal D., embarqué au Groenland sur UTP II

Lire le témoignage complet

J’ai découvert l’expédition tout à fait par hasard lors d’une navigation côtière en Bretagne Sud. La goélette WHY, aperçue aux Glénan et à Concarneau, m’avait intriguée et après quelques recherches j’ai découvert le projet UTP II. Cela correspondait bien à l’envie de plonger en mer froide que j’avais depuis quelque temps sans trouver véritablement de structure adaptée. J’étais donc prêt à sauter dans l’aventure et sans hésiter j’ai proposé ma candidature.

Lors de la visite du bateau en septembre la qualité de construction du WHY, le professionnalisme de Ghislain et Manue, maintes fois démontré lors d’expéditions antérieures, et l’équipe de choc donc ils avaient su s’entourer ont fini de me convaincre. Être invité à participer à une expédition scientifique au sein d’une équipe de plongeurs de l’extrême est une chance extraordinaire. Le rendez-vous est pris pour le printemps suivant.

La motivation de l’entrainement hivernal était entretenue par le suivie de la progression du WHY vers le Groenland dans des conditions météo très difficiles.

Départ en mai d’Ilulissat dans la baie de Disko, où le WHY est bien arrivé en remontant la côte au fur et à mesure de la fonte de la banquise. La météo se présente bien, très clémente.

Bienvenue à bord. Ambiance chaleureuse et conviviale on fait tout de suite parti de la famille. Départ à 4h le lendemain pour l’île de Disko : navigation lente en se frayant un passage dans le pack, puis eau libre. À l’arrivée nous retrouvons un scientifique spécialiste du requin arctique : John, qui sur son bateau, l’étudie. Nous passerons 3 jours à ses côtés, et verrons ainsi plusieurs spécimens impressionnants.

Le phytoplancton malheureusement commence à pulluler en ce début de printemps, rendant l’eau trouble et verdâtre en surface. J’abandonne l’idée de photos d’ambiance bleutées autour des icebergs, seule la macrophotographie est possible. Ici à Godharven la faune et la flore sont moins exubérantes que dans le Pacifique nord : le tombant est tapissé de lèche doigt rouges, orangés et jaunes. Quelques nudibranches et vers plats également, mais peu de poissons et de crustacés.

Le matériel est adapté, deux blocs séparés avec deux détendeurs pour pouvoir isoler un circuit en cas de givre. Ce sont surtout les mains qui souffrent du froid.

Nous naviguons vers la pointe sud-ouest de l’île de Disko pour plonger et y passer la nuit. Le bateau avance au ralenti, se faufile entre les icebergs et les growlers. La surveillance du sondeur est impérative, les cartes sont peu précises et les hauts-fonds n’y figurent pas toujours ! C’est l’occasion d’une première rencontre avec les baleines franches. Une véritable concentration que les « super-divers » Ghislain et Martin vont tenter de filmer. Mais bien que l’eau soit un plus claire à -70 mètres ils attendront les mammifères en vain. En surface, le décor est somptueux, parsemé de plaques de glace, d’icebergs et animé par des troupes de pétrels et d’eider qui profitent du plancton. Leur présence va de pair avec celle des baleines.

Pour les plongeurs sans recycleur, la descente se fait sur un fond de sable noir entre 25 et 16 mètres. Crustacés, crevettes, lèches doigts, couteaux et vers panachés rouges sont au menu de cette plongée bio !

Dans l’archipel des îles Kronpinsens, la visibilité en progrès permet d’envisager des photos d’ambiance. Dans le même temps Ghislain et Martin, font une plongée profonde à 80 mètres, testant et validant les diverses procédures. Ils sont équipés de capteurs de température externe et interne, ainsi que du rythme cardiaque et respiratoire. Les tracés sont ensuite analysés.

Le lendemain le temps est couvert, il neige, mais toujours pas de vent. Nous naviguerons pendant 17 miles au moteur à pour tenter de trouver de l’eau plus claire dans le sud près de l’île de Savic. Nous mouillons à Napissaq pour la nuit. Le village est désertique. La plupart des habitants sont au travail à l’usine de poissonnerie Royal, nous les croiserons sur le chemin du retour.

Retour vers le nord pour plonger à Claushavn près des icebergs. Sous la couche de phytoplancton de l’eau limpide me permet de faire quelques ambiances avec mon binôme. Et un énorme poisson loup menaçant en position d’attaque, Romain ne veut pas s’en approcher et reste prudemment à distance. Depuis que Ghislain s’est fait attaquer par l’un d’entre eux pour le filmer l’équipage du WHY se méfie !

Avant le retour à Ilulissat, Tonio et Ghislain nous cherchent un dernier site de plongée : iceberg. La température ayant nettement augmenté depuis une quinzaine de jours, le dégèle les fragilise, ils se morcellent et peuvent même basculer. Le choix de l’iceberg idéal se révèle donc difficile. Enfin il se présente, magnifique avec une série d’anfractuosités arrondies bleutées.

Ambiance étrange de ce mur de glace sculpté de petites facettes qui le fait ressembler à une balle de golf géante. Dommage pour les images le temps est couvert et il neige. Il faudra revenir…

Merci à Ghislain, Manue et toute leur équipe de m’avoir fait partager ces instants magiques.

Pascal